slideshow by WOWSlider.com v6.4m











UN PEU D'HISTOIRE !

Depuis 1936, trois générations des Saussereau ont réussi à construire un groupe lourd de huit concessions automobiles. Une saga familiale eurélienne et économique qui va bientôt fêter ses 80 ans.

L'histoire de la famille Saussereau débute avec les congés payés, en 1936. Cette année-là, Abel Saussereau crée un petit garage de réparations automobiles, rue du Grand-Faubourg, à Chartres. Lorsqu'il prend la succession de son père à la tête de la petite affaire familiale, Guy Saussereau l'agrandit. Il appose sur la devanture le panneau Fiat.


Cette installation chartraine, à deux pas de la place des Épars, marque la forte identité beauceronne des affaires familiales du groupe. « Cette identité nous a permis de rester pragmatiques et d'avancer sereinement », explique Emmanuel Saussereau, le représentant de la troisième génération.

Le petit-fils d'Abel a repris la direction du groupe au milieu des années 2000, à la suite de son père qui avait déjà considérablement développé la petite affaire familiale, avec des valeurs fortes.

« Nous voulions que la construction de notre groupe se fasse aussi sur une forte identité d'entreprise, où la dimension humaine, la proximité du management et le sentiment d'appartenance tiennent une place importante au quotidien. »

Quand au développement du groupe, il se construit géographiquement sur le plan régional.

« Le plus souvent, nous reprenons des affaires plus ou moins en difficulté. Cela permet de sauver des emplois et de pérenniser les structures que nous avons reprises. »

Malgré sa forte expansion, Emmanuel Saussereau tient à ce que son groupe reste à dimension humaine. « Je prends un réel plaisir à visiter, chaque semaine, tous les sites. Je tiens à rester proche et accessible. D'ailleurs, tous savent que la porte de mon bureau est toujours ouverte et que je reste joignable lorsqu'il y a le moindre souci. »

L'importance de l'humain
Le chef d'entreprise insiste sur l'importance de l'humain au sein de son groupe. « Lorsque nous devons embaucher, nous regardons si le salarié peut avoir le potentiel pour évoluer au sein de nos différentes structures. Si tel est le cas, nous l'accompagnons dans ses nouvelles fonctions. »

Emmanuel Saussereau reconnaît que ces dernières années ont été difficiles. « Comme nos concurrents, nous avons souffert de la forte baisse du marché de l'automobile. Mais depuis quelques mois, ça va beaucoup mieux. D'ailleurs nous continuons à nous développer. Je suis en train de négocier une proposition de reprise d'une concession à Orléans, dans le Loiret. »

Il n'espère qu'une chose : que lorsque l'heure de la retraite aura sonné, l'une de ses trois filles reprenne le flambeau.